Drogue : à qui confier nos enfants ?

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

dsc_0006.jpegA Marseille, ce samedi 12 février, c’est dans ce « haut lieu » du trafic de drogue , au Cours Julien, que les bénévoles de l’association « Non à la drogue, oui à la vie » ont installé leur stand de prévention sur le danger des drogues. Un chauffeur de bus a été condamné cette semaine par le tribunal correctionnel de Carcassonne pour conduite de son véhicule sous l’emprise de produits stupéfiants : Ce chauffeur, âgé de 36 ans, avait été interpellé par les motards de la police nationale le 7 décembre dernier, alors qu’il circulait au volant de son bus de ramassage scolaire. Une analyse de sang avait révélé qu’il avait consommé de la résine de cannabis et de la méthadone ! Cette annonce qui est passé presque inaperçue dans les médias fait froid dans le dos : combien de parents ont confié sans aucune méfiance la vie de leurs enfants entre les mains d’une personne dont les capacités cognitives et mentales sont diminuées par les stupéfiants qui en font un assassin en puissance ? La vie de nos enfants est-elle si peu importante que l’on néglige  les contrôles élémentaires à pratiquer sur les chauffeurs de ramassage scolaire ? « Lorsque les enfants ont perdu leur importance dans une société, cette société a perdu son avenir » a déclaré l’humaniste Ron Hubbard dans les années 60 et il semblerait bien que ce soit le cas de notre société ! Les experts sont formels : les effets néfastes du cannabis sont nombreux, et certains sont irréversibles. Le professeur Roger Nordmann, membre de l’Académie nationale de médecine, a rédigé le rapport “Désamorcer le cannabis dès l’école” comprenant un volet important sur la dangerosité du cannabis en relation avec la sécurité routière. En ce qui concerne la conduite sous l’emprise de cannabis, que l’on qualifie souvent de drogue douce comme s’il s’agissait d’une drogue qui ne fait pas mal, combien de conducteurs sont concernés ? Doit-on attendre que des tragédies sanglantes surviennent pour prendre des mesures réelles ? A force de débattre sur sa légalisation, on en oublierait presque que le cannabis est une drogue. Souvent présenté comme une drogue douce, le cannabis fait désormais l’objet d’une consommation très banalisée. A 18 ans, un jeune sur 2 a déjà goûté un joint et un garçon sur 6 est un consommateur régulier. La drogue n’est pas une fatalité, ensemble nous devons « Agir pour une société sans drogue ». La seule véritable solution consiste en une campagne d’information à grande échelle sur les dangers réels des drogues. Pour Robert Galibert, président de l’association “Non à la drogue, oui à la vie” : « Les livret “La Vérité sur la drogue’’ apportent beaucoup d’informations et de témoignages. Ils expliquent avec des mots simples pourquoi les gens prennent de la drogue, comment elle agit et quels sont ses effets à court et à long terme. C’est l’information dont les gens ont besoin.” Cette campagne s’appuie sur  le « kit de prévention » qui comprend 13 brochures d’information sur les drogues les plus courantes (Cannabis, Héroïne,  Cocaïne, Crack, Ecstasy, LSD, Antidouleurs, Crystal Meth, Ritaline, alcool, drogues psychotropes prescrites ou drogues par inhalation), ainsi qu’une série de 16 spots vidéo de 30 secondes intitulés “ils ont dit, ils ont menti”  et enfin 13 documentaires vidéo de 10 minutes basés sur des expériences authentiques. Pour obtenir davantage d’information sur les actions de l’association ou pour télécharger ou obtenir gratuitement ses publications, visitez le site internet : www.nonaladrogue.org Contact presse : Robert Galibert au 06 20 51 17 57 info.drogue@gmail.com ou http://cestquoiladrogue.fr

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire.