Comment arrêter l’ascension de la cocaïne ?

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

marc19-02-2011-031.jpgA Marseille, les bénévoles de l’association Non à la drogue, oui à la vie ont déployé leur stand de prévention et d’information sur le Vieux Port, ce samedi 19 février pour informer toujours et encore les adolescents comme les parents du danger de consommer des drogues et plus particulièrement de la cocaïne.

Les États occidentaux et les cartels de la drogue se livrent à une véritable guerre stratégique. Ingénieux et forts d’une puissance financière colossale, les narcotrafiquants réinventent sans cesse les filières d’acheminement de la coke jusque dans les recoins les plus reculés des rues de Marseille ou des autres villes.

L’Amérique du Sud produit environ chaque année 800 tonnes de cocaïne, dont 400 sont destinées au marché européen. Tous les moyens de transports sont bons : par avion, cargo, voiliers, sous-marins ou même les nombreuses “mules” qui ingurgitent jusqu’à un kilo de gélules de drogue !

D’après l’antenne de l’Office central de répression du trafic illicite de stupéfiants (Octris), c’est par l’Afrique de l’Ouest que transitent désormais les stupéfiants.

Mais les trafiquants s’adaptent continuellement. Ce sont des criminels hautement spécialisés et pour y répondre, il faut des professionnels hautement spécialisés. C’est dans ce but qu’ont été créées les JIRS (juridictions interrégionales spécialisées)”, qui, depuis leur création il y a sept ans, ont saisies dans le grand Sud-est 2,2 tonnes de cocaïne et 70 tonnes de cannabis.

Malheureusement, cette fuite en avant technologique entre les trafiquants et les brigades spécialisées ne peut aboutir seule à la résolution du problème.

« L’expérience montre que le meilleur moyen d’éviter que nos enfants ne tombent dans le panneau en premier lieu, c’est de leur fournir dès le plus jeune âge une information factuelle et facile à comprendre, sur les drogues et sur leurs effets. Pour être efficace, la prévention doit éviter de recourir à la peur ou aux interdits, mais bien plutôt faire appel au libre arbitre et au jugement, qui sont les meilleures défenses contre le piège de la drogue. D’où l’importance cruciale de supports d’information clairs qui parlent vraiment aux jeunes. » a déclaré Robert Galibert, président de l’association « Non à la drogue, oui à la vie ».

« Regardons la vérité en face. Le monde est en proie à plusieurs crises. Chaque jour voit de nouveaux exemples d’inhumanité de l’Homme envers ses semblables. Le moment où il faut maîtriser le chaos, c’est avant qu’il ne soit trop avancé. Nous sommes plutôt en retard, à la vérité […] Par conséquent, si nous ne voulons pas tous nous retrouver parmi les décombres carbonisés, nous ferions mieux de nous retrousser les manches. »  écrivait l’humaniste L. Ron Hubbard en 1957.

La cocaïne est une des drogues les plus dangereuses que connaisse l’homme. Dès sa première prise, il devient presque impossible d’échapper à son emprise physiquement et mentalement.

La cocaïne stimule des réactions clés dans le cerveau qui, à leur tour vont créer une euphorie à laquelle les consommateurs vont développer une certaine tolérance. Seules de plus fortes doses et une utilisation plus fréquente réussiront à créer un effet similaire. Communément surnommée « la drogue du riche » son prix a en fait beaucoup diminué ces dernières années et elle est arrivée à des prix si bas que même les adolescents peuvent s’en procurer. Une fois que la personne devient dépendante, ses dépenses vont monter en flèche.

La campagne d’information de l’association Non à la drogue, oui à la vie s’appuie sur  le « kit de prévention » qui comprend 13 brochures factuelles sur les drogues les plus courantes (Cannabis, Héroïne,  Cocaïne, Crack, Ecstasy, LSD, Antidouleurs, Crystal Meth, Ritaline, alcool, drogues psychotropes prescrites ou drogues par inhalation), ainsi qu’une série de 16 spots vidéo de 30 secondes intitulés “ils ont dit, ils ont menti”  et enfin plus de 200 témoignages vidéo basés sur des expériences authentiques.

Pour obtenir davantage d’information sur les actions de l’association ou pour télécharger ou obtenir gratuitement ses publications, visitez le site internet : www.nonaladrogue.org

Contact presse : Robert Galibert au 06 20 51 17 57 info.drogue@gmail.com ou http://cestquoiladrogue.fr

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire.