Cocaïne : la « vitamine » pernicieuse des jeunes pour faire la fête

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

fra-mars-sntd-2011-04-02-23.jpgSamedi 02 avril, sur le Vieux Port de Marseille comme à Nice, les bénévoles de l’association « Non à la drogue, oui à la vie », déterminés à informer les jeunes des effets pervers de la cocaïne, installaient leur stand d’information et distribuaient des livrets « La vérité sur la drogue ».

Le temps où la cocaïne ne se consommait que dans les milieux huppés est dépassé, désormais elle investit les lieux festifs aussi bien dans les universités, les entreprises que dans les boîtes de nuit. Les jeunes parlent de cette drogue comme d’une « vitamine » sauf que pour beaucoup d’entres eux, elle finit par prendre le pas sur leur vie quotidienne. Leur vie sociale bascule, piégée par la drogue.

 Suite à une enquête menée récemment pour le compte de l’Observatoire Français des Drogues et Toxicomanies (OFDT), les propos de Catherine Reynaud-Maurupt, sociologue spécialiste des addictions, dévoilent l’urgence d’adapter la prévention : « Il faut informer sur les dangers de la cocaïne là où sont les jeunes, dans les facultés, les entreprises. »

Depuis 20 ans en France, les membres de l’association « Non à la drogue, oui à la vie », sont sur le front de campagnes d’information, d’éducation et de prévention qui encouragent des personnes de tout âge, culture et croyance à dire « NON » à la drogue et à devenir eux-mêmes des acteurs de l’anti-toxicomanie dans leur région. Ils ont décidé d’apporter une ” arme ” destinée, non pas à prendre des vies, mais à en sauver.

Leur ” arsenal ” : une série de livrets d’information sur le danger des drogues les plus courantes, telles que le cannabis, l’ecstasy, l’héroïne ou encore la cocaïne. Ils font connaître les faits aux jeunes, mais aussi aux parents, le plus souvent désemparés, qui se voient confrontés à la situation d’un enfant qui se drogue.

Pour Robert Galibert, président de l’association en France : «  La ” Campagne pour une France sans drogue “, menée par l’association « Non à la drogue, oui à la vie » à laquelle participent des scientologues et des non scientologues, a permis, à ce jour, que des dizaines de milliers de personnes fassent le choix de ne jamais prendre de drogue. Cette campagne antidrogue fournit aux parents, aux éducateurs et aux jeunes eux-mêmes l’arme la plus puissante, qui est la connaissance. »

Grâce à cette campagne de prévention internationale, plus de 4 millions de personnes, dont des parlementaires, des médecins, des responsables de discothèques, des commerçants, des parents, des enseignants et des représentants des forces de l’ordre, ont apporté leur soutien à cette initiative, y compris en signant une pétition, manifestant ainsi leur engagement à lutter pour « un monde sans drogue ».

« La connaissance ne détruit pas la volonté de vivre, » écrivait l’humaniste Ron Hubbard.

La campagne d’information de l’association Non à la drogue, oui à la vie s’appuie sur  le « kit de prévention » qui comprend 13 brochures factuelles sur les drogues les plus courantes (Cannabis, Héroïne,  Cocaïne, Crack, Ecstasy, LSD, Antidouleurs, Crystal Meth, Ritaline, alcool, drogues psychotropes prescrites ou drogues par inhalation), ainsi qu’une série de 16 spots vidéo de 30 secondes intitulés “ils ont dit, ils ont menti”  et enfin plus de 200 témoignages vidéo basés sur des expériences authentiques.

Pour obtenir davantage d’information sur les actions de l’association ou pour télécharger ou obtenir gratuitement ses publications, visitez le site internet : www.nonaladrogue.org

Contact presse : Robert Galibert au 06 20 51 17 57 info.drogue@gmail.com ou http://cestquoiladrogue.fr

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire.